webleads-tracker

LE MECANISME GENERAL D'UN LBO - Groupe CHD

Le blog du Groupe CHD

LE MECANISME GENERAL D’UN LBO

Le terme LBO désigne un type d’opération de rachat d’entreprise. Cet acronyme de Leverage Buy Out, en Anglais, pourrait être traduit par l’idée de racheter une entreprise en profitant d’un effet de levier. Il s’agit d’un montage financier particulier qui permet de procéder à l’acquisition d’une société, en recourant notamment à un endettement important. Etudions en détail comment celui-ci fonctionne.

 

Qu’est-ce qu’un LBO ?

Un LBO correspond à un type de montage particulier, réalisé en vue de racheter une entreprise. Il s’agit, en premier lieu, de créer une société holding, puis de s’endetter auprès de banques ou d’investisseurs privés, pour procéder à l’acquisition de l’entreprise. Par la suite, les excédents de trésorerie de la société rachetée sont remontés vers la holding, sous la forme de dividendes. Ces dividendes permettent ainsi de rembourser l’endettement.
En somme, la société cible finance elle-même son propre rachat ! Il faut cependant prendre garde à ne pas étouffer l’entreprise. Celle-ci doit en effet conserver suffisamment de trésorerie pour fonctionner de façon optimale, et continuer à produire des bénéfices.
Le terme LBO est souvent utilisé de façon générique pour désigner l’ensemble des rachats d’entreprise avec effet de levier (c’est-à-dire les LBI, LMBO, LMBI ou BIMBO). De réelles distinctions existent cependant bel et bien entre ces différents montages financiers.
En particulier, le LBO se distingue du LBI, puisque dans le cas du LBI les acheteurs sont extérieurs à l’entreprise, tandis que pour le LBO, les acheteurs sont déjà présents au sein de l’entreprise cible. Il s’agit bien souvent de cadres de la société : on parle alors de LMBO, pour Leverage Management Buy Out.

 

Des effets de levier

Le terme « leverage », ou effet de levier, n’est pas anodin dans le nom de ce type de montage financier. Et pour cause : le LBO permet de bénéficier d’effets de levier. Un levier financier, tout d’abord, grâce à l’endettement bancaire. Comme évoqué précédemment, l’acquisition par la holding de reprise est financée principalement par les fonds émanant de la société qui est rachetée.
Un levier fiscal, ensuite, dans la mesure où les intérêts de l’emprunt peuvent être déduits de l’impôt sur les sociétés de la holding.

 

LBO : une condition essentielle

Afin de pouvoir mettre une opération de rachat à travers un LBO, et de bénéficier des effets de levier, une condition doit cependant absolument être réunie. L’activité de la société cible doit être florissante, et son état de santé financière excellent. L’entreprise doit impérativement dégager un cash-flow important. Celui-ci doit en effet permettre d’absorber les intérêts, et au moins une partie du capital, de la dette contractée par la holding.
Ainsi, si la société est déficitaire, ou dégage peu de bénéfices, le LBO ne peut fonctionner. La clef est ainsi de pouvoir se projeter. L’entreprise doit non seulement faire des bénéfices aujourd’hui, mais également dans les années à venir. Il s’agit donc de s’intéresser non seulement aux résultats, mais également à leur prévisibilité et à leur récurrence.