webleads-tracker

CVAE : conséquences du nouveau calcul pour les groupes de sociétés

Le nouveau calcul de la CVAE dans les groupes de sociétés : de lourdes conséquences !

La Loi de Finances pour 2018 vient de modifier les règles de calcul de la CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises) dans les groupes de sociétés.

Il convient de rappeler que la CVAE est une des deux composantes de la Contribution Economique Territoriale (CET) qui a remplacé l’ancienne taxe professionnelle en 2010.

En principe, cette cotisation est égale au produit de :

  • la valeur ajoutée produite par l’entreprise déterminée par un calcul particulier prévu par les textes fiscaux

par

  • un taux proportionnel déterminé en fonction de chiffre d’affaires de l’entreprise.

Cependant, depuis 2011, par une disposition spécifique, dans les sociétés membres d’un groupe ayant opté pour le système de l’intégration fiscale, le taux est déterminé en fonction du chiffre d’affaires cumulé des sociétés intégrés fiscalement et non en fonction du seul chiffre d’affaires de l’entreprise redevable.

Or, ce dispositif a été invalidé par le Conseil Constitutionnel en mai 2017, celui-ci estimant que la différence de traitement entre un groupe intégré et un groupe non intégré n’était pas justifiée !

Tirant les conséquences de cette décision, le gouvernement a donc institué un nouveau dispositif de détermination du taux à retenir pour le calcul de la CVAE :

Dès lors que les conditions de détention pour être membres d’un groupe (détention de 95% au moins du capital) sont remplies, peu importe que l’option pour l’intégration fiscale ait été exercée ou non, le taux doit être déterminé en fonction du chiffre d’affaires cumulé des sociétés membres du groupe.

Les autres conditions prévues pour l’application de l’intégration fiscale (date de clôture, composition du capital des entreprises) ne sont pas prises en compte.

Toutefois, il est à noter que ce dispositif ne s’applique pas aux « petits » groupes dont le chiffre d’affaires cumulé n’excède pas 7 630 000 €.

Si la seule condition capitalistique est remplie, ce nouveau mode de calcul s’applique donc dès le 1er janvier 2018 et va donc entraîner une augmentation significative de cet impôt, surtout dans les entreprises à valeur ajoutée élevée, notamment les prestataires de services.

La réforme de la taxe professionnelle en 2010 avait permis une baisse significative de cet impôt pour de nombreuses entreprises, mais ce dispositif de « consolidation » va conduire à une forte augmentation de la fiscalité des sociétés, malgré la  baisse programmée de l’IS.

Espérons des aménagements futurs…

 

Article rédigé par Maria Branco, CHD Clermont-Ferrand 

Pour plus d'actualités sur le Groupe CHD et ses filiales, n'hésitez pas à vous abonner à nos pages Facebook et Linkedin !

CHD vous propose un accompagnement personnalisé et sur mesure afin de répondre à vos besoins en matière d'audit, expertise-comptable ou fiscalité.
Vous recherchez un cabinet d’audit et d’expertise comptable de proximité, spécialisé dans l’accompagnement, le conseil et la gestion de votre comptabilité ? Vos experts CHD partout en France sont à votre écoute.
Expert-comptable, commissaire aux comptes, gestionnaire de paie… votre interlocuteur privilégié saura vous accompagner dans vos démarches et vos projets !
Contactez-nous vite !

Suivez-nous

Derniers articles

Catégories

Boite à outils

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour vous tenir informés de l'actualité du Groupe CHD

Voir les précédentes newsletters