webleads-tracker

3 conseils pour prendre la parole en public sans trembler - Groupe CHD

Le blog du Groupe CHD

3 conseils pour prendre la parole en public sans trembler

Chez CHD, on ne fait pas que compter, on accompagne aussi. Nous avons envie de nous attarder sur un souci que rencontrent bons nombres de personnes : parler en public. L’expression orale n’est pas une mince affaire, c’est pourquoi, on vous donne quelques conseils pour avoir l’air à l’aise derrière un micro.

 

Pétrifié : voilà comment se sentent ceux qui n’aiment pas parler en public. Et si certains plaident pour la timidité, d’autres sont juste mal à l’aise face à un micro et des spectateurs. Pourtant, quand il faut y aller, il faut y aller. Néanmoins, il y a une chose importante à vous signifier pour commencer, chers lecteurs : le fait d’avoir peur de parler en public est tout à fait normal ! Personne n’est à 100% confiant avant de monter sur scène (ou alors il ment). Mais, le trac est à différencier de la peur. Le secret, c’est d’utiliser vos appréhensions comme un moteur plutôt que comme un frein. Comment faire ? D’abord, il y a un peu de travail en amont de la prise de parole.

 

Parler en public : bien préparer le contenu de mon intervention

Évidemment, les plus stressés auront préparé leur support. Mais attention : une intervention trop bien préparée à l’écrit peut aussi devenir un piège. Voici donc les points importants à garder en tête.

  • Créer une feuille de route, un chemin de fer, une trame de votre intervention. Mettez en exergue les points importants à aborder et les mots-clés à ne pas oublier. Ce document va devenir votre support et vous guider tout au long de votre intervention.

A noter : n’écrivez pas mot pour mot tout ce que vous allez dire. Une prise de parole préparée au mot prêt peut vous rassurer mais elle va rapidement devenir monotone pour les spectateurs et peut même vous déconcentrer. Le maître mot : faites-vous confiance et faites confiance à vos connaissances.

 

  • Préparez des possibles questions en amont de votre intervention. En effet, à l’issue de votre prise de parole, il est possible que des spectateurs posent des questions (c’est même préférable). Alors, pensez à les anticiper afin d’avoir les réponses.

A noter : si vous avez besoin, demandez à l’un de vos collaborateurs de vous relire et de vous évoquer les points d’interrogation soulevés à la lecture. Le but ? Avoir en tête les possibles questions des spectateurs.

 

  • Exercez-vous une fois que votre trame est prête. Vous vous mettez seul, dans un espace où vous vous sentez bien et vous répétez votre prise de parole. L’idée est de rendre votre discours plus fluide car vous le maitrisez et aussi de voir où ça peut pécher.

A noter : vous pouvez aussi vous entraîner face à une personne de confiance. Cette dernière pourra alors vous dire ce qui va, ou ne va pas dans votre gestuelle, votre débit de parole ou encore, dans la construction de votre intervention.

 

Bon à savoir : pour rythmer votre prise de parole, pensez à varier les plaisirs. Chansons, images, histoires, anecdotes, questions : dans votre discours, vous pouvez tout intégrer pour illustrer vos propos ou introduire un nouveau chapitre. Le but ? Vous détendre, d’abord, parce que rire ça apaise… Mais aussi, varier le rythme et donc, ne pas endormir les spectateurs.

 

Parler en public : bien préparer mon corps !

Après la préparation écrite, place à la préparation physique. Les grands stressés vous le diront : on ne s’improvise pas bon orateur. C’est pourquoi il existe des exercices à pratiquer pour se relaxer. La veille de votre intervention, ne touchez pas à votre discours. Si vous avez bien travaillé, tout est clair dans votre tête, pas besoin d’une énième relecture stressante. Pensez aussi à chasser les écrans de votre lit afin de trouver un sommeil de qualité.

Le B.A.BA de la relaxation, c’est le souffle. Ainsi, fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration. Le but ici est de visualiser l’air qui entre dans votre corps, voyage à travers vos organes et en ressort. Gonflez vos poumons et dégonflez vos poumons. Conséquence : votre esprit et votre corps auront pris un grand bol d’oxygène. Mais ce n’est pas tout : votre concentration se sera posée sur une action en particulier, ce qui permet de chasser le trac, la peur et le stress.

 

Bon à savoir : le corps influence l’esprit. Si votre corps est détendu, alors votre esprit le sera un peu plus. Évidemment que le trac sera toujours présent, il n’y a pas de recette miracle. Mais, habituer son corps à de la relaxation peut vous permettre de moins appréhender les prises de parole.

 

Parler en public : adopter les bons gestes pendant mon discours

Le discours : vous maitrisez. Le trac : il est là mais vous le gérez. Mais alors, tout est parfait ? Presque ! Lors d’une prise de parole en public, il est important de penser à quelques gestes de base pour garder son audience captive et surtout, pour ne pas se laisser submerger par le stress, la peur et tout ce qui va avec. D’abord, ne tenez pas les fiches dans vos mains. Si vous tremblez, elles pourraient tomber et vous faire perdre le fil. Pensez au pupitre, il sera votre meilleur allié. Ensuite, pensez à parler haut, clair, fort et lentement. Avec le stress, il arrive que des orateurs parlent vite, très vite. Si c’est votre cas, alors notez-vous de ralentir dans votre prise de parole. Sinon, mettez une personne de confiance au premier rang et cette dernière pourra vous faire un geste afin de vous faire penser à ralentir votre débit si elle estime que vous allez trop vite.

 

D’ailleurs, n’oubliez pas de faire des pauses.

 

Pensez aussi à regarder le public. Un orateur avec le nez dans ses feuilles, ce n’est jamais agréable (ni pour lui, ni pour les spectateurs). Si vous avez peur de croiser des regards, pensez à regarder au-dessus des cheveux des spectateurs. Certains disent qu’il faut imaginer l’assemblée toute nue… On vous laisse choisir la solution qui vous arrange.

 

Chez CHD, on peut aussi vous accompagner au quotidien dans vos prises de parole grâce à nos experts en communication et formateurs. Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à faire appel à notre orateur hors pair !